Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2015 - 66 - Demonic (2015)

Publié le 19 Octobre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, Found Footage

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Demonic :

Après que cinq étudiants soient retrouvés morts dans une maison supposément hantée, l'Inspecteur Mark Lewis (Frank Grillo) et la psychologue Elizabeth Klein (Maria Bello) tentent de comprendre ce qui s'est produit, en interrogeant l'unique survivant du massacre (Dustin Milligan), et en étudiant les vidéos filmées par le groupe...

Un long métrage d'horreur "présenté par James Wan", et qui a connu une genèse compliquée... ce qui n'est pas difficile à comprendre, vu que rien ne fonctionne dans ce film.

Plutôt que de narrer une histoire directe, le scénario adopte en effet une structure inutilement tordue, ouvrant sur la découverte des cadavres, repartant en arrière pour présenter les jeunes, revenant sur les interrogatoires de police, repartant en arrière pour montrer les vidéos des étudiants, que les policiers eux-mêmes sont en train d'étudier, et ainsi de suite.

Cette structure tout en allers-retours tue instantanément tout suspense et tout intérêt : impossible de s'intéresser aux jeunes présentés en flashbacks/found-footage, puisqu'il sont déjà tous morts ; pour la même raison, il est impossible d'avoir peur pour eux ; impossible de trouver réussi le retournement de situation final, puisqu'à ce moment-là, le spectateur dort à moitié et n'en a plus rien à faire ; et impossible de s'intéresser aux enquêteurs, car après tout, personne n'est là pour regarder un procedural mollasson et à la réalisation plate au possible.

On a donc la combinaison d'un found footage sans enjeux, d'un film policier sans intérêt, de jumps scares téléphonés, et d'un rythme tellement saboté par la structure du récit qu'on en vient à regretter que la distribution, pourtant sympatoche, soit à ce point gâchée.

1/6

Commenter cet article