Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2015 - 54 - Summer of Blood (2014)

Publié le 13 Octobre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Summer of Blood :

Erik Sparrow (Onu Tukel), un hipster glandeur de Brooklyn, fainéant, bedonnant, bavard et prétentieux, se fait plaquer par sa compagne (Anna Margaret Hollyman). Après toute une série de rendez-vous galants avortés, Erik finit par être mordu par un vampire nonchalant, et par lui-même devenir une créature de la nuit. Désormais une véritable bête de sexe insatiable, Erik est cependant bien décidé à reconquérir son ex...

Une comédie indépendante typique de la scène new-yorkaise, qui se veut anti-conformiste et décalée, mais débite des platitudes pontifiantes et pseudo-philosophiques génériques au possible, et s'avère très nombriliste (le réalisateur est aussi scénariste et acteur principal).

Le protagoniste est antipathique, prétentieux, bavard et pathétique, jamais vraiment attachant, et pas très drôle. Alors on va me répliquer que c'est voulu, que ça fait partie du décalage et du détachement ironique et existentialiste sur le genre du film d'horreur vampirique, que le film c'est "et si un gros hipster raté et con devenait un vampire, et devenait irrésistible ?"... mais bon, entre le ton, les personnages agaçants, et la musique synthétique pseudo-rétro, je n'ai pas du tout accroché (d'autant qu'il faut une bonne demi-heure pour qu'il se produise enfin quelque chose). Bizarrement, je suis sûr que d'autres y trouveront leur compte.

2/6

Commenter cet article