Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2015 - 40 - Blood Diner (1987)

Publié le 6 Octobre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Blood Diner :

Inspirés et manipulés par l'esprit d'Anwar (Drew Godderis), leur oncle mort, deux frères cannibales, Michael (Rick Burks) et George (Carl Crew), décident de tenter de ramener à la vie la déesse lumérienne Sheetar (Tanya Papanicolas). Pour cela, ils doivent reconstituer le corps de celle-ci à partir de morceaux prélevés sur de nombreuses femmes, puis organiser un dîner rituel durant lequel sera sacrifié une vierge. Pour assurer leur anonymat, les deux frères incapables deviennent restaurateurs, mais cela n'empêche pas deux agents de police (LaNette LaFrance et Roger Dauer) de mener l'enquête, et de se rapprocher du duo de tueurs sanguinaires...

Une série Z volontairement grand-guignolesque et stupide, tout droit sortie de la fin des années 80.

Alors honnêtement, c'est fauché, daté, mal joué, assez mal écrit, mal rythmé, les dialogues et la prise de son sont calamiteux, il y a deux séquences musicales ridicules (avec déguisements en prime), et ça racole comme ce n'est pas permis, avec un ratio de seins/minute de film assez mémorable... MAIS étrangement, le tout est tellement débile et grotesque (il y a même un match de - mauvais - catch contre un nazi moustachu !) que ça en devient marrant à regarder.

Bon, c'est objectivement du 0/6, mais du 0/6 amusant, surtout vu le final bordélique, nonsensique et décomplexé.

Commenter cet article