Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2015 - 37 - Cub (2014)

Publié le 5 Octobre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller, Belgique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Cub (Welp) :

Sam (Maurice Luitjen), douze ans, est issu d'une famille troublée, et n'a pas plus de chance avec ses collègues scouts : il est en effet le souffre-douleur de toute la troupe, et nottamment de Peter (Stef Aerts), le leader, qui prend un malin plaisir à l'humilier. Mais lorsque la troupe de louveteaux part en excursion dans des bois supposément hantés par Kai (Gill Eeckelaert), un être de légende, Sam est le seul à être attentif à son environnement... et c'est lui qui, le premier repère Kai lorsque ce dernier passe à l'assaut...

Un peu frustrant que ce survival belge assez basique, mal rythmé, et pas forcément très subtil ou imprévisible, mais qui a pour grande qualité de ne pas y aller de main morte sur la violence pratiquée par et sur des enfants.

Pour être franc, j'ai forcément été déçu par le film, puisqu'au vu de l'affiche et du pitch, je m'attendais à quelque chose de potentiellement plus mystérieux, surnaturel et inquiétant.

En fait, on a le droit à un bon vieux boogeyman invulnérable (un ouvrier constructeur de bus qui construit des pièges dans les bois), et à son jeune sidekick revenu à l'état sauvage : à partir de là (un postulat déjà éventé dès la première scène d'ouverture en forme de flashforward), toute la première heure s'avère assez quelconque, s'éparpille, avec quelques éclairs de violence concernant le jeune héros, qui ne laissent aucun doute sur l'avenir de celui-ci (la scène du chien télégraphiant facilement celle de la cuisinière, et Kai servant, de manière évidente, de reflet maléfique au garçon).

Reste que la dernière demi-heure, lorsque le tueur commence à dégommer tout le monde, est plutôt sympathique, et que la fin en queue de poisson n'est pas dommageable au récit.

Pas un chef d'oeuvre, loin de là, un peu trop de clichés et de rebondissements prévisibles, mais la volonté de brutaliser un peu ces têtes blondes traditionnellement intouchables au cinéma n'est pas désagréable (j'ai pensé un temps à 36.15 Père Noël, dans le genre)...

3/6

Commenter cet article