Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #150 : La Jeune Fille aux Fleurs (2009)

Publié le 13 Juin 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

La Jeune Fille aux Fleurs (Flower Girl) :

La jolie Laurel (Marla Sokoloff), une fleuriste attachante et désespérément romantique, est célibataire depuis si longtemps qu'elle redoute de finir vieille fille. Mais malgré l'insistance de ses amies et de sa grand-mère Rose (Marion Ross), elle n'est pas totalement convaincue par le Dr. Evan Cooper (Terry Maratos), qui a pourtant tout du prétendant idéal, étant stable, doux, inoffensif, galant, et possédant une formation de botaniste. D'autant qu'en parallèle, elle s'est entichée de Stephen (Kieren Hutchison), un auteur mystérieux, imprévisible, spontané, et tempérament impertinent...

Un téléfilm Hallmark ultra-générique et basique, en plus d'être longuet, mollasson, et dégoulinant de bons sentiments.

D'autant plus dommage qu'il commençait assez bien, par un montage musical d'ouverture d'une durée de plusieurs minutes, qui présentait les personnages simplement et efficacement, avec en prime un soupçon de nostalgie plutôt bienvenu.

Mais j'ai beau trouver Marla positivement adorable, et être prêt à tout lui pardonner, là, il ne faut pas abuser : entre les platitudes et les conseils pourris de la meilleure copine ethnique, les personnages masculins affreusement insipides, le récit assez improbable dans sa chronologie, la nature désespérée de l'héroïne, et son comportement assez discutable (elle fréquente en parallèle les deux hommes qui lui plaisent, sans leur dire la vérité, le temps de faire son choix entre les deux : inversez les sexes, et le film se transformerait en portrait d'un dragueur sans états d'âme, ni romantique ni attachant), il y a vraiment de quoi trouver le métrage agaçant, et assez lassant.

À zapper.

1.75/6 (dont 1.5 pour Marla)

Commenter cet article