Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #102 : Coherence (2013)

Publié le 7 Avril 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Science-Fiction, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Coherence :

Trois couples - Emily (Emily Baldoni) et Kevin (Maury Sterling), Hugh (Hugo Armstrong) et Beth (Elizabeth Gracen), Amir (Alex Manugian) et Laurie (Lauren Maher) passent une soirée ensemble chez leurs amis Mike (Nicholas Brendon) et Lee (Lorene Scafaria). Mais bien vite, les tensions de la soirée sont accrues par le passage d'une comète étrange, et par la réalisation que plusieurs réalités coexistent désormais dans les parages : bientôt, tout le monde questionne la provenance des autres invités, et la soirée dégénère.

Un micro-budget de science-fiction qui avait tout pour me plaire : un scénario capillotracté à base de dimensions parallèles et de doubles étranges, des acteurs sympathiques, une idée forte.... mais malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit. Plutôt que de me captiver et de m'intéresser à mesure qu'il partait dans l'improbable et faisait monter la tension, le métrage a eu l'effet inverse : passées les 45 premières minutes, j'ai progressivement décroché.

La faute à un pitch de départ qui aurait été nettement plus fort et percutant en 60 minutes.

La faute aussi à une direction artistique déplorable, à base de shaky-cam refaisant régulièrement la mise au point, de zooms, de lumière naturelle bancale, de prise de son moyenne, et globalement, de manque de rigueur évident dans toute la mise en images.

La faute encore à ces personnages tous particulièrement antipathiques, et joués en improvisation par le cast, qui confondent chaos avec bruit particulièrement fatigant (la première demi-heure est notamment assez pénible, avec des personnages aux réactions forcées, et qui crient beaucoup).

La faute enfin à cette narration maladroite, qui dès le début balance des dialogues d'exposition visant à vulgariser des concepts scientifiques surexploités à mon goût (le prochain film qui se sert à nouveau du chat de Shrödinger, c'est boycott immédiat tant c'est devenu un gimmick de scénariste qui vient d'ouvrir un livre de mécanique quantique pour la première fois) et use de grosses ficelles particulièrement voyantes (le livre laissé dans la voiture qui explique tout comme par magie, et tous les invités qui immédiatement en déduisent arbitrairement le concept d'un multiverse s'écroulant sur lui-même, blablabla)...

Bref, malgré le concept prometteur, les tonnes de louanges critiques et le scénario finalement relativement intéressant, je n'ai pas du tout aimé : la forme est trop faible à mon goût pour être transcendée par le script, qui n'est pas assez homogène et fort pour cela.

2.75/6 pour l'effort.

Commenter cet article