Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #93 : Diversion (2015)

Publié le 25 Mars 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Thriller, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Diversion (Focus) :

Nicky Spurgeon (Will Smith) est un arnaqueur de haut-vol, à la tête d'un gang de pick-pockets installé à la Nouvelle-Orléans pour le Superbowl. Là, il fait la rencontre de Jess (Margot Robbie), une apprentie arnaqueuse, qu'il prend sous son aile, et à qui il apprend toutes ses techniques. Mais après trois ans d'une séparation un peu rude, le couple se retrouve dans des circonstances radicalement différentes, et avec des objectifs diamétralement opposés...

Une semi-comédie romantique dissimulée une façade de film d'arnaque internationale et de manipulation... et c'est bien là le problème.

Les premières 45 minutes sont pourtant sympathiques, avec un Will Smith qui fait découvrir à Margot Robbie l'univers  de l'arnaque et de la programmation neuro-linguistique à la Derren Brown : c'est gentiment prévisible, on a globalement cinq minutes d'avance sur les arnaques du film, mais ce n'est pas trop grave, ça fonctionne bien.

Et puis le film décide alors de freiner des quatre fers, et de progressivement virer à la romance mollassonne et un peu creuse, sur un vague fond d'arnaque qui peine fortement à captiver ; c'est en partie à cause des deux acteurs principaux, à l'alchimie débatable : un Will Smith qui fait la gueule, et une Margot Robbie qui manque vraiment du charisme qu'Hollywood semble lui trouver depuis qu'elle a fait un quasi-full frontal dans Le Loup de Wall Street, et dont le personnage, ici, se fait en plus balader de bout en bout.

Le pire étant que Robbie n'est pas mauvaise actrice, mais elle est très générique, en plus de beaucoup rappeler Jaime Pressly, tant dans sa voix que dans son physique (et comme j'ai été traumatisé par Joy de My Name is Earl, cette ressemblance est très agaçante).

Et puis, bien sûr, le film finit par commettre le pêché cardinal des films d'arnaque : celui de rajouter mensonge sur mensonge, arnaque sur arnaque, de manière toujours plus grosse et improbable, jusqu'à ce que le spectateur finisse par douter constamment de ce qu'il voit et/ou jusqu'à ce que la suspension d'incrédulité s'effondre totalement.

On se retrouve donc avec une moitié de film réussi, d'où un très indulgent

3/6

Commenter cet article