Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Critique éclair : Pilotes en vrac (2015) - Younger & Powers

Publié le 22 Mars 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Télévision, Review, Comédie, Sitcom, Action, Science-Fiction, Fantastique, TVLand, PSN

Younger 1x01 :

Sitcom TVland adaptée d'un roman et showrunnée par Darren Star, sur Sutton Foster (Bunheads) en jeune quadragénaire qui décide de reprendre une carrière dans l'édition après 15 ans passés au foyer, mais qui pour cela, doit se faire passer pour une jeune femme de 25 ans, avec l'aide de sa meilleure amie (Debi Mazar) ; elle finit par décrocher un poste d'assistante (sous les ordres de Miriam Shor), et par sympathiser avec sa jeune collègue (Hillary Duff)...

J'aime beaucoup la distribution, je dois dire, et le fait que TvLand se lance enfin dans les sitcoms single-cam (à la manière du cable), délaissant ainsi les multi-cams old-school avec de vieilles gloires comme Fran Drescher. Et puis j'ai toujours eu l'espoir que Darren Star produise quelque chose dans la lignée de Grosse Pointe, plutôt que dans celle de 90210 et autres Melrose ou Sex and the City. Bref, c'est relativement sympatoche (bien que pas forcément crédible au niveau de son postulat de départ), parfois mordant, et ça bénéficie beaucoup du phrasé et du rythme de Foster.

Rien de forcément révolutionnaire ou d'exceptionnel, mais je vais un peu continuer, histoire de voir ce vers quoi le show va tendre.

 

Powers 1x01 :

Bon sang ce qu'est-ce que c'est cheap et mal foutu. Entre la coloration capillaire/perruque de Copley, la perruque de Izzard, les sfx piteux (quand le flic percute le mur, au début, c'est mal monté, mal filmé, mal mis en scène ; quand les super-héros s'affrontent dans le ciel, on dirait des cinématiques d'il y a vingt ans), les costumes des super-héros même pas dignes d'un cosplay, les photoshoppages baclés, etc...

Et tout ça sans même mentionner l'écriture gentiment pataude et basique (l'exposition made in Mario Lopez :glare: ; la transition "How does it feel ?" ; l'interrogatoire qui répète encore une fois les origines de Walker, auxquelles on a droit trois, quatre, cinq, six fois dans l'épisode), l'interprétation inégale et discutable de Copley (mon dieu cette erreur de casting)...

Bon, je ne comparerais pas vraiment avec le comic-book, vu que je n'ai pas grand souvenir des intrigues et de leurs détails, mais je dirai quand même ça : passer d'un comic-book ultra-stylisé et à l'ambiance volontairement "film policier noir", pour en faire une série dénuée du moindre style visuel, c'est un peu la lose.

Énorme bof, donc. Reste la fliquette, bien castée, et Rulin, pas désagréable. Espérons que ça s'améliore par la suite, même si le trailer de la saison laisse augurer d'une série le cul entre deux chaises, entre moments réussis, et moments ultra-cheaps.

 

EDIT :

1x02-03 :

- Toujours blindé d'exposition, toujours fauché (les photos photoshoppées), toujours blindé de moments cache-misère (l'arrestation dans le parc, avec toutes ses coupes sauvages histoire de ne pas avoir à utiliser trop d'effets spéciaux), d'interprétation discutable (le légiste qui en fait trois tonnes), d'illustration musicale assez moyenne, avec en prime une Deena parfois un peu trop sassy black girl dans son jeu et pas assez fliquette badass à l'insulte facile à mon goût, et un Copley qui n'a aucune alchimie avec Forbes, ce qui est embêtant (bon, en même temps, c'est Forbes, elle a toujours eu une certaine froideur et une distance à l'écran, ce qui n'aide pas). Mais sinon, c'est un poil meilleur que le pilote, sans plus.

- Roh la vache le désespoir du costume (et du vocodeur) de Triphammer... j'ai honte pour eux quand même des cosplayers parviennent à faire mieux avec moins de $$$. Et puis les effets numériques fauchés, entre ces petits cubes volants violets mal intégrés pendant la confrontation de Zora, certaines accélérations numériques, et la lobotomie en gros plan... *soupir*.

Bref... le show continue d'être tiré vers le bas par les choix créatifs faits par les showrunners : Copley en personnage principal dépressif, Deena largement au second plan, beaucoup trop d'exposition et de dialogues superflus dans tous les sens, Los Angeles en tant que toile de fond, et un budget ridiculement petit qui flingue toute tentative de crédibiliser cet univers. Pas du tout convaincu par ce premier tiers de saison, donc.

Commenter cet article